J'en ai plein le dos !

Le “mal de dos“ regroupe un ensemble de symptômes aux origines et aux manifestations multiples. On peut le décrire comme des douleurs à proximité de la colonne vertébrale, à différents niveaux, sur la partie postérieure du dos. On parle de cervicalgies lorsque les douleurs sont localisées au niveau de la nuque et du cou ; de dorsalgies lorsqu'elles irradient dans les épaules et les bras ; enfin de lombalgies, les plus fréquentes (car les vertèbres lombaires sont constamment sollicitées), lorsque les douleurs sont situées dans le bas du dos avec des répercussions au niveau de la fesse ou de la jambe.

Vive, légère ou intense, soudaine ou aiguë, la lombalgie, peut être épisodique, répétitive voire chronique. Première cause d'invalidité à l'échelle de la planète, 8 personnes sur 10 en souffrent régulièrement ou occasionnellement. C'est l'un des motifs de consultation les plus fréquents chez les médecins et chez les ostéopathes. Car, au-delà des traitements médicamenteux classiques (antalgique, anti-inflammatoire, relaxant musculaire) l'ostéopathie offre une prise en charge globale des maux de dos de la crise aiguë à la prévention, en passant par l'entretien.

Douleurs lombaires : quelles causes ?

Les lombalgies peuvent être occasionnées par des blessures des structures composant le bas du dos (disques, articulations, capsules articulaires) ou des tissus environnants (muscles, ligaments, tendons, etc). Elles peuvent également être liées au vieillissement (usure du cartilage = arthrose), ou à la dégénérescence (ostéoporose) de la colonne vertébrale.
Des facteurs comme une posture inadéquate, des muscles insuffisamment développés ou une mauvaise hygiène de vie (surcharge pondérale, troubles du sommeil, alimentation déséquilibrée, etc.) peuvent accentuer les douleurs lombaires.

Chez l’adulte actif, les lombalgies surviennent :

  • après un effort important inhabituel (port de charges lourdes, comme lors d'un déménagements, etc.) ou un mouvement brusque,
  • par un mouvement anodin de la vie quotidienne (faux mouvement), 
  • par des gestes répétés (manutention manuelle, activités sportives trop intenses, etc.),
  • lors de positions statiques prolongées (travail devant l’ordinateur, professions sédentaires, etc.),
  • ou par un stress ou du surmenage.

Ainsi la source des douleurs lombaires peut être :

  • Musculaire : contracture des muscles lombaires qui permettent, entre autres, de mobiliser le bas du dos ;
  • Articulaire : blocage d'une articulation entre deux vertèbres qui entraîne restriction et douleur au mouvement (aussi en cas d'arthrose)
  • Nerveuse : pincement d'un nerf de la région lombaire (hernie discale);
  • Ligamentaire ou discale : ligament étiré ou rompu lors d’un traumatisme (comme un accident de voiture), ou par une déformation discale entraînant un syndrome inflammatoire local et une contracture musculaire ;
  • Viscérale : inflammation d’un organe de l’abdomen qui se traduit par des douleurs ou des tensions au niveau du dos.

Les douleurs peuvent également avoir pour cause le manque d’activité physique. Il est donc fondamental de réduire et soulager la douleur puis de renforcer sa masse musculaire pour aider le dos à faire face à tous les “chocs“. Pratiquer une activité physique les pour cela la meilleure des prévention.
Une lombalgie guérir souvent entre 1 et 4 semaines, et votre ostéopathe peut prendre en charge votre mal de dos et réduire vos douleurs ; mais l’approche ostéopathique n’exclut, en aucun cas, les examens ni les bilans réguliers à effectuer chez votre médecin. Votre ostéopathe pourra, si nécessaire, vous orienter vers un autre praticien de santé.

Exercices pour soulager ses lombalgies

Ces étirements simples favorisent la mobilité au bas du dos en rééquilibrant les pressions musculaires et articulaires. Ils sont recommandés autant pour diminuer des douleurs lombaires que pour les prévenir.

Quels sont les symptômes ressentis ?

Lumbago osteo Paris

osteopathe Paris mal au dos

Des symptômes fréquents à facettes multiples.

  • Douleur du bas du dos avec ou sans blocage
  • Douleur du bas du dos qui descend dans la jambe
  • Fond douloureux chronique entrecoupé de périodes plus douloureuses
  • Douleur sourde qui peut s'accompagner de spasmes musculaires
  • Contractures et douleurs musculaires (douleur plus forte le matin qui diminue tout au long de la journée et s'améliore avec  mouvements et étirements)
  • Douleur brutale et intense après un effort ou un faux mouvement
  • Douleur plus intense quand on se réveille ou quand on se baisse ou se lève, debout ou en marchant
  • Douleur qui s'améliore quand on change de position

L'ostéopathie, une solution contre les douleurs lombaires

L'ostéopathie est reconnue comme étant la thérapie préférée pour les maux de dos. Elle peut soulager les douleurs et rétablir la condition physique. Six études cliniques portant sur l'efficacité de l'ostéopathie à traiter les lombalgies, parues de 1999 à 2015, ont révélé que l'ostéopathie réduisait  les douleurs lombaires plus efficacement qu'un placebo ; que l'effet des traitements persistait au moins 3 mois ; que l'ostéopathie en complément de traitements médicaux classiques permettait de consommer moins d’antidouleurs. Aussi, mieux vaut consulter son ostéopathe rapidement (dès l'apparition des douleurs) pour éviter une aggravation des symptômes ou l'apparition d'autres maux causés par les  compensations gestuelles mises en place pour contrôler la douleur...

Contrairement aux idées reçues, le repos strict au lit en cas d’épisode aigu de lombalgie commune n’est pas conseillé. S’il le devenait en raison de l’intensité de la douleur, il ne doit pas excéder un ou deux jours. En effet, il peut favoriser le passage à la chronicité de la douleur et ralentir la récupération.

L'approche globale de l'ostéopathe va lui permettre de vous soulager et réduire vos douleurs. Après avoir cherché à comprendre le pourquoi de la survenue de la lombalgie, vos habitudes de vie, etc., il va évaluer s'il y a lieu de vous envoyer consulter votre médecin. Si ce n'est pas le cas, fort des informations recueillies, il commencera son traitement en l'adaptant à votre besoin, en prenant en compte les structures qui pourraient provoquer vos douleurs.

Votre ostéopathe va alors sélectionner les techniques les plus adaptés à votre besoin, travaillant sur les restrictions de mobilité existantes qui influent sur la lombalgie, essentiellement au trois niveaux suivants :

  • Conjonctif (muscles, tendons, ligament, peau) grâce à des techniques musculaires, cutanées et fasciales
  • Articulaire à l'aide de techniques articulaires (avec manipulation vertébrale si nécessaire)
  • Viscéral et crânien par le biais de techniques viscérales et crâniennes.

Quelques conseils pour prévenir les douleurs lombaires

   Bouger ! Notre dos est solide, il est fait pour bouger ! Éviter le mouvement risque de compliquer sa situation au lieu de l'améliorer. Aussi doit-on rester aussi actif que possible, et lentement augmenter notre niveau d'activité

   Gainer, muscler et renforcer certaines zones ciblées de son dos, en pratiquant régulièrement des exercices adaptés, car les muscles sont la meilleure ceinture naturelle de notre dos.  

   Pratiquer une activité physique à son niveau, de façon régulière.  Favoriser les activités comme la marche, la natation ou le yoga. Délaisser celles qui pourraient être traumatisantes pour le dos (rugby, golf, tennis, course à pied, etc.). Sans oublier qu'une activité physique comme le yoga peut aider à gérer son stress et donc délester les charges que nous imposons à notre dos.

   Bien dormir ! Un matelas et un oreiller adaptés favorisent un sommeil de qualité et une prévention pour le dos. Moins on pèse, plus le matelas peut-être souple ; plus le poids est important, plus le matelas doit être dur. Même s'il est préférable de dormir sur le côté, le choix d'un oreiller adaptés garantit un bon sommeil.

   Adopter une bonne hygiène posturale dans les tâches de la vie quotidienne, devant son ordinateur, au volant et bien-sur au travail. Ne pas hésiter à prendre conseil auprès d'un ergonome pour aménager au mieux son poste de travail..

   Surveiller son poids et opter pour un régime alimentaire adéquate. Une surcharge pondérale entraîne une surcharge sur les disques intervertébraux et sur les tissus environnants. Toute nourriture acidifiante favorise l'inflammation des tissus ; diminuer la consommation de produits carnés et lactés peut atténuer les douleurs et freiner la dégénérescence articulaire. Les conseils d'un nutritionniste peuvent être utiles.