Comprendre la sciatique et la cruralgie

"Ma sciatique me fait souffrir..." La hernie discale corresponds à l'atteinte d'un disque (coussin amortisseur) qui se situe entre les vertèbres constituant la colonne vertébrale.
Le disque intervertébral (Inter-vertébral soit entre les vertèbres)  est constitué d'une partie centrale gélatineuse (le noyau) entourée par une partie fibreuse, cahoutchouteuse (anneau fibreux). Lorsque la partie fibreuse est abimée, elle peut laisser sortir une partie du noyau déclenchant alors une importante réaction inflammatoire. On parle alors de hernie discale. Selon l'endroit ou se situe la hernie et selon si elle comprime les structures avoisinantes, elle peut déclencher des douleurs, des engourdissements, des fourmillements ou des pertes de forces dans les membres.

Fort heureusement, la grande majorité des hernies discales sont dites asymptomatiques et ne déclenchent ainsi jamais de douleurs!

Si la hernie discale est située au niveau lombaire, elle peut comprimer les racines nerveuses passant à proximité et déclencher alors des sciatalgies (souffrance du nerf sciatique) ou des cruralgies (atteinte du nerf crural) et nécessiter alors des examens médicaux complémentaires (radio, scanner, IRM).

 

La douleur sciatique : quelles causes ?

D’autres causes peuvent aussi déclencher des douleurs du nerf sciatique :

  • l’arthrose lombaire (pouvant causer un rétrécissement du canal lombaire, communément appelé « canal lombaire étroit », ou une atteinte des articulations zygapophysaires situées à l’arrière des vertèbres) ;
  • certaines contractures musculaires pouvant également perturber le fonctionnement du nerf (on parle alors de « névralgie tronquée » ou de « neuropathie tronculaire »), notamment lorsque le muscle piriforme (un muscle de la fesse) est contracturé ;
  • un tassement vertébral faisant suite à un traumatisme ou tout simplement dû à de l’ostéoporose...
  • Enfin, Les troubles de la posture observés lors de la grossesse entraînent souvent des douleurs sciatiques qui entrent généralement dans l'ordre après l'accouchement.

Exercices pour soulager ses douleurs sciatiques ou crurales

Ces 4 étirements simples, recommandés autant pour la prévention que pour diminuer des douleurs lombaires, redonnent de la mobilité au bas du dos et rééquilibrent les pressions musculaires et articulaires, en une dizaine de minutes.

 

 

Compression nerf sciatique

 

sciatique et osteopathie

Quels sont les symptômes ressentis ?

  La souffrance du nerf sciatique est généralement ressentie comme une douleur irradiante localisée à l’arrière de la cuisse, du genou, du mollet et du talon, parfois jusqu’à la plante et au bord latéral (ou externe) du pied. Elle peut aussi être responsable de douleurs du côté externe du genou et de la jambe ainsi que sur le dessus du pied jusqu’au gros orteil.
Si elle est associée à des douleurs lombaires (comme c’est souvent le cas), on parle alors de « lombosciatique ».

  La souffrance du nerf crural est une douleur du bas du dos qui descend devant la cuisse et jusqu'au genou, voire plus bas jusqu'au bord interne du pied.

Les symptômes les plus courants de la sciatique ou de la cruralgie sont une perte de sensibilité avec des perceptions de fourmillements au niveau de la jambe et du pied, ainsi qu’une perte de force lors de certains mouvements, parfois perçue comme un engourdissement.

Ces douleurs peuvent être:

  • Exacerbées par l'effort,
  • Augmentées par les manœuvres qui intensifient la pression abdominale (défécation, toux, éternuement),
  • Déclenchées même au repos et entrainer des réveils nocturnes.

Quand consulter son ostéopathe ?

Consultez votre médecin ou votre ostéopathe si vous ressentez les douleurs décrites ci-dessus..

✓ S’il suspecte que la compression est due à de l’arthrose, l’ostéopathe veillera à soulager les contraintes mécaniques qui ont pu entraîner ou aggraver le phénomène arthrosique avec le temps et ainsi participer à drainer l’inflammation locale qui irrite le nerf.
✓ S’il pense que la compression est due à une discopathie : il prendra en charge les dysfonctions ostéopathiques et ainsi diminuera les contraintes s’exerçant sur le disque abîmé.
✓ S’il estime que la compression est réalisée par un système musculaire trop contracté, il travaillera sur les régions dysfonctionnelles en rapport avec ce muscle et le libérera de ses contraintes mécaniques.

 

 

 

 

Sciatique grossesse et osteopathie

Dans les atteintes les plus sévères, la douleur sciatique peut aussi s’accompagner d’autres troubles, plus graves, comme des paralysies ou des troubles du fonctionnement des sphincters urinaires (incontinence ou difficulté à uriner) et anorectaux (constipation ou incontinence), associés à des troubles moteurs et sensitifs des membres inférieurs. On parle alors du « syndrome de la queue de cheval », qui doit conduire à consulter en urgence votre médecin !

En prévention

Afin d’éviter l’apparition ou une récidive de sciatalgie, voici quelques conseils et habitudes à adopter :
Consultez dès l’apparition de douleurs. Prenez alors rendez-vous chez un professionnel de santé (médecin, kinésithérapeute ou ostéopathe).
Chauffez la musculature lombaire. Placez une bouillotte ou des patchs chauffants au bas de votre dos pour réchauffer et détendre le système musculaire lombaire, qui peut être à l’origine de vos douleurs.
Évitez l’immobilisme ! Comme le dit le slogan, « le meilleur traitement, c’est le mouvement ! ». N’hésitez pas à bouger tout au long de la journée : privilégiez les escaliers aux ascenseurs et marchez le plus souvent possible au lieu de prendre la voiture ou les transports en commun.
Optez pour un sport adapté. Certains sports peuvent être traumatisants pour la région lombaire. En cas de sensibilité lombaire, évitez l’équitation, le trampoline ou le rugby et privilégiez la marche, la natation, le yoga...
Limitez le port de la ceinture lombaire. Ne portez une ceinture lombaire que lorsque la douleur est difficilement supportable et que vous devez bouger. Elle est surtout conseillée en cas de sciatique, mais sur des périodes très courtes pour éviter d’en devenir dépendant.

Si vous présentez des troubles sphinctériens, des anesthésies ou des paralysies des membres inférieurs associés à la douleur, consultez votre médecin en urgence.